Introduction.

Vous avez toujours rêvé de posséder votre propre petit camping-car, pour partir en week-end et en voyage n’importe quand, librement ? Vous avez envie de dormir à la sauvage sous les étoiles et économiser de coûteuses nuits d’hôtel ?

Nous oui ! Cet été, on a décidé de franchir le pas, et investir dans un Van pour partir à l’aventure. Good-bye la petite polo flambant neuve ! Depuis l’achat du Van et la fin des travaux, nous avons pu le tester plusieurs week-ends à travers la France, ainsi que pendant 10 jours de Roadtrip en Corse. On en a été tellement ravis, qu’on a voulu vous faire ce petit tuto si jamais vous aussi vous êtes tentés par l’aventure !

20157922_1781053658851372_830588738063032488_o

Nous avons choisir d’acquérir un fourgon de la marque Ford, un Transit Connect L2 de 2014, 48 000km au compteur et plusieurs options utiles (la climatisation, les radars et le téléphone bluetooth). Même si cela coûte plus cher à l’achat, un modèle récent nous convenait mieux, par soucis de confort et de sécurité, et pour éviter un maximum les frais d’entretien imprévus.  Il fait environ la taille d’un grand Kangoo, avec 1,85m de hauteur. Je précise que le modèle « L2 » est plus difficile à trouver que le L1, mais il possède la longueur requise pour installer un vrai lit à l’arrière ! (1,90 mètres)

P1200174

Lorsque nous l’avons acheté, le fourgon appartenait à un électricien de Toulon. Quand nous avons récupéré la bête, l’intérieur était rempli d’étagères en bois et entouré de tôle apparente. De plus, une cloison métallique séparait la partie centrale du véhicule des sièges avant. Autrement dit, inhabitable !

Au départ, nous nous sommes posés la question d’acheter un kit d’aménagement tout fait du type Camp’in Box ou encore Combeing, pour avoir un truc bien propre, pratique, durable et amovible. C’est probablement ce que nous aurions fait si nous avions eu un budget plus important…car le problème principal, c’est le prix ! Comptez au moins 2 000 € pour un kit fonctionnel. D’autant que cela ne vous déchargera pas de certains étapes clés de l’aménagement. A savoir : le désossage des cloisons métalliques et autres aménagements existants, le nettoyage, la construction d’un sol décent, et surtout l’isolation du véhicule !

Nous avons donc commencé nos travaux en plein mois d’août, sans aucune expérience, mais dans la bonne humeur. :-) Heureusement, le sens pratique de Jérémie et quelques astuces sur le net nous ont bien aidés. Merci au groupe Facebook Ludospaces et petits fourgons voyageurs, aux constructeurs d’Happy Jumpy, et au site Poimobile.fr pour leurs conseils avisés !

 

Etape 1 (post-désossage bien sûr) : la construction du sol.

20507469_1785888841701187_8476569870902623913_o

Pour le sol – qui, au départ, était constitué d’une planche d’aggloméré pleine d’échardes – nous avons choisi la méthode « full home made ». En fait, nous avons simplement récupéré les planches de bois des étagères préalablement démontée, pour découper un plancher sur-mesure.

Nous l’avons ensuite fixé sur des tasseaux, que nous avons vissés directement dans la tôle en faisant attention au irrégularités du sol. Ensuite, nous avons choisi de recouvrir ce plancher d’un beau lino imitation bois, agréable pour les pieds et facile à nettoyer !

Grâce à cette méthode, nous avons pu gagner quelques centimètres au sol, sur les côtés, notamment en retirant la protection en plastique présente au niveau de la portière latérale et réalisant un petit « coffrage » en bois à la place.

20616780_1785888825034522_4321964003795176067_o

Pour la découpe du lino (ce n’est pas évident), privilégiez le cutter et surtout, prenez soin de découper très droit et franchement pour que les bords se touchent proprement au niveau des jointures. Pour cela, on vous conseille de le découper avant la pose, et de vous aider d’une règle ou d’une planche droite pour guider votre poignet muni du cutter 😉

Pour la pose du lino, nous avons utilisé du scotch double face, et surtout des agrafes placés directement le long du lino et plantées dans le plancher grâce au pistolet. Pour un rendu encore plus propre, on vous conseille de placer des équerres métalliques le long des arêtes de votre sol (à l’arrière et sur les côtés).

20507151_1785888838367854_6781130713130462863_o

Pour réaliser cette étape, vous aurez besoin de :

  • – Planches de contreplaqué (environ 2 cm d’épaisseur)
  • – Tasseaux (environ 5 cm de largeur et 2 cm d’épaisseur)
  • – Vis longues pour bois et métal
  • – Lino (au choix, de préférence assez épais !)
  • – Equerres métalliques
  • – Scotch isolant
  • – Scotch double face
  • – Agrafes (avec le fameux pistolet à agrafes)

Et du matériel suivant :

  • – Des cartons (pour faire les patrons)
  • – 1 scie sauteuse / scie circulaire
  • – 1 perceuse / visseuse
  • – 1 cutter
  • – 1 grande règle

Etape 2 (et pas la plus facile !) : l’isolation.

L’isolation, c’est l’étape clé, du mois celle qui vous aidera à passer de bonnes nuits de sommeil dans le Van, sans condensation à l’intérieur, chaleur caniculaire ou froid glacial nocturne.

Sur le net, plusieurs méthodes existent. Pour choisir, nous avons procédé par élimination. La laine de roche ? Non, car risque de moisissure en cas d’humidité. L’isolant multi-couche ? Pas mal, mais trop cher et difficile à poser, car il faut laisser des espaces vides autour pour qu’il soit efficace. Le polystyrène alors ? Oui ! …mais comment fait-on pour les zones courbes ? La mousse expansive ? Parfait pour combler le tout !

Nous avons donc choisir d’entre-caler des planches de polystyrènes et de la mousse isolante expansive, le tout acheté à Leroy Merlin.

20604235_1785889055034499_8380012991819815240_n

Au préalable, nous avons démonté complètement les planches de bois qui recouvraient en partie la tôle, et bouché tous les trous de la tôle avec du scotch isolant (vous voyez, le scotch argenté) pour minimiser les échanges d’air avec l’extérieur.

Enfin, pour maintenir le tout et rendre l’intérieur joliment cosy, nous avons placé de grandes planches de bois clair (vernies par nos soins) sur les murs et le plafond. Il est possible de fixer les planches directement dans la tôle ou sur des tasseaux. Dans les deux cas, faites attention à percer seulement les parties où il y a une double épaisseur de tôle pour ne pas la traverser complètement !

Pour réaliser cette étape, vous aurez besoin de :

  • – Plaques de polystyrène (environ 2cm d’épaisseur)
  • – 2 à 3 bombes de mousse isolante expansive.
  • – 1 à 2 rouleaux de scotch isolant
  • – Grandes planches de bois
  • – (Tasseaux)
  • – Vis à métal et bois

Et du matériel suivant :

  • – Des ciseaux
  • – 1 cutter
  • – 1 perceuse / visseuse / dévisseuse
  • – 1 scie sauteuse / scie circulaire

Etape 3 : les finitions intérieures.

20615960_1785893635034041_2976289266137167464_o

En tant que perfectionniste (un peu chiante), je ne voulais pas laisser de tôle apparente dans l’habitacle car « c’est moche ! ». Nous avons donc imaginé une petite solution toute simple pour parfaire les jonctions entre les plaques de bois : la moquette adhésive ! 😉 Il s’agit d’une moquette acoustique conçue au départ pour recouvrir des caissons audio. On peut en trouver facilement sur Ebay, Amazon ou par exemple ici. Facile à découper au cutter, sa pose demande tout de même de la patience et de la minutie, car elle colle très bien – même trop bien. En tout cas, nous avons été plutôt contents du résultat.

Ensuite, nous avons décidé de coudre (avec l’aide de Solange, notre voisine préférée) des rideaux opaques pour séparer l’habitacle de la partie conducteur, et ainsi gagner en heures de sommeil le matin autant qu’en discrétion.

Enfin, plus pour le côté « fun » que pratique, nous avons installé un grand ruban de leds aux couleurs programmables tout autour du plafond ! L’avantage des leds : pas très cher à l’achat un éclairage très efficace, une très faible consommation d’énergie et une grande durée de vie. Pour les fixer, nous avons utilisé du scotch double face ainsi que les petites attaches vendues avec.

Pour réaliser cette étape, vous aurez besoin de :

  • – Moquette acoustique adhésive
  • – Tissu à oeillets
  • – Barre en bois ou en métal
  • – Ruban de leds programmable (par exemple disponible ici sur le site Amazon)

Et du matériel suivant :

  • – Des ciseaux
  • – 1 cutter
  • – Du matériel de couture

 

Etape 4 : l’ameublement : le lit, la table et les rangement.

Voilà, la préparation de l’habitacle est fini ! Il vous reste maintenant à construire et installer les meubles. Dans un espace aussi réduit, il faut aller à l’essentiel. Nous avions besoin d’un lit, d’une table, et d’espaces de rangements.

Nos critères : pouvoir dormir confortablement à 2 la nuit sur un lit d’1,20 m par 1,90 m, mais aussi pouvoir transformer le lit en banquette pour manger ou s’occuper par temps de pluie. Nous avons donc choisi de construire un « sommier-peigne », c’est à dire 2 sommiers côte-à-côtes qui s’imbriquent l’un dans l’autre lors du passage en mode banquette. Pour cela, il faut construire 2 parties distinctes, en commençant par la structure faite de tasseaux. Ensuite, fixez les tasseaux supérieurs (plus fins) en guise de lattes, en veillant à laisser l’espace nécessaire pour que les 2 parties s’imbriquent. Puis, fixez des petites cales dans la tôle du Van, sur laquelle le sommier viendra reposer une fois déplié !

20622261_1785888681701203_7925475441271600336_n

20479668_1785888685034536_8304912715410799003_n

Une fois le sommier prêt, nous avons fait faire 2 matelas de 60 cm de large (placés côte à côte et faciles à déplacer pour passer en mode banquette), commandés sur mesure et à moindre coût sur le site Matelas Pour Tous. Sur cette plateforme, vous pouvez choisir les dimensions, l’épaisseur ainsi que la fermeté de la mousse. Pour le Van, nous avons choisir une fermeté moyenne (35 kg / mètre cube) ainsi qu’une épaisseur de 10 cm pour garder la hauteur sous plafond. Nous avons reçu les matelas rapidement, et toujours très bien dormi dessus !

P1200363

NB : Au quotidien, nous n’utilisons presque jamais le mode banquette car c’est trop pénible à mettre en place, surtout quand le sol est recouvert de sacs de voyages !

Pour la table pliable, Jérémie a conçu un système très pratique : une planche de bois verni fixée au mur à l’aide de charnières, qui se déplie en un geste et se re-clipse à volonté. C’est une parfaite réussite que nous vous recommandons.

P1170509

Pour réaliser cette étape, vous aurez besoin de :

  • – Tasseaux de bois
  • – Planches de bois (ou contreplaqué)
  • – Vis à bois
  • – Charnières
  • – Autre petite quincaillerie

Et du matériel suivant :

  • – Scie sauteuse / scie circulaire
  • – Perceuse / visseuse

En ce qui concerne les rangements, nous avons trouvé plusieurs astuces que nous vous recommandons.

  1. Le filet fixé au mur, parfait pour ranger des vêtements légers, ou des choses qui trainent à l’intérieur avant un départ.
  2. Le tiroir sous le sommier, constitué d’une grande planche de bois sur patins, qu’on peut tirer à l’aide de petites sangles. Parfait pour ne pas avoir à ramper sous le lit pour attraper les sacs !
  3. Les boîtes en plastiques à glisser sur le tiroir, sous le sommier, parfaites pour ranger des réserves de nourriture et le matériel de camping.
  4. Les jerricanes d’eau (prévoir 30L minimum), indispensables pour 2-3 jours de survie dans la nature.

 

Etape 5 : petites astuces du quotidien.

P1190835

Yeah!!! Le Van est prêt ! C’est maintenant l’heure du grand départ pour le bâptème du feu. Voici quelques indispensables à emmener avec vous lors de votre voyage en Van :

  • – Une douche solaire : on vous recommande vivement le modèle avec la pompe de chez Décathlon. Pour la faire chauffer, on vous conseille de la placer juste sous le pare-brise côté passager, pour un gain maximum de chaleur même en roulant.
  • – Des pare-soleils avec ventouses découpés pour tous les espaces vitrés : un gain non négligeable d’isolation lors des nuits fraîches ! (voir photo ci-dessous)
  • – Un auvent de chez Décathlon pour augmenter votre espace couvert à l’extérieur, et manger tranquillement abrités de la pluie (voir photo ci-dessous)
  • – Une paillote pour éviter à vos matelas de se salir si vous posez des choses dessus
  • – Une table et des chaises de camping, ainsi qu’un réchaud avec 2 plaques (toujours chez Décath’, hyper pratique pour faire à manger comme à la maison !)
  • – Des duvets -5 minimum ou une bonne couette ainsi qu’un plaid pour les soirées Netflix
  • – Et après… à vous de voir 😉

20617084_1787378364885568_6775311183128715102_o

20626623_1787377978218940_304866063757857273_o

 

5 commentaires à propos de “Aménager un Van Ford Transit Connect

  1. Félicitations pour votre aménagement !! Nous sommes heureux de vous avoir inspirés.
    A votre tour de nous donner quelques idées, surtout pour l’isolation. Surtout à propos de la condensation, car nous avons laissé des ponts thermiques qui condensent :/
    Profitez pleinement de vos voyages en van, c’est le bonheur !!
    Happy Jumpy

  2. Merci beaucoup !
    Nous avons beaucoup aimé votre article « Aménager un fourgon Citroën Jumpy en mini-van » qui nous a donné plein d’idées. Vous avez fait un super boulot !
    Ravie de pouvoir contribuer un peu aussi à l’amélioration d’Happy Jumpy. Nous n’avons pas eu de problème de condensation / chaud / froid pour le moment donc nous sommes plutôt contents.
    C’est sûr que c’est difficile de tout réussir du premier coup.
    Très bons voyages à vous et bonne continuation sur les routes avec votre petit hôtel 5 étoiles 😉
    Audrey et Jérémie

  3. beau travail, je réfléchit au choix de se beau fourgon mais l’absence des appuis têtes passager me gêne.. quel que soit le modèle ils sont intégré à la cloison?

    1. Bonjour Fred !
      Merci pour ton commentaire. En effet, je te conseille de faire attention à ça lors du choix de ton Van. C’est un problème assez spécifique au Ford Transit Connect, et c’est le cas pour d’autres fourgons de type utilitaire – où il y a une cloison métallique. Pour les versions familiales (comme le Ford Transit Tourneo), il n’y a pas de ce problème. En plus de la question de la sécurité, les appui-têtes avant sont obligatoires pour passer le contrôle technique, du coup nous sommes train de réfléchir à une solution pour en remettre 😉

  4. Bonjour Fred !
    Merci pour ton commentaire. En effet, je te conseille de faire attention à ça lors du choix de ton Van. C’est un problème assez spécifique au Ford Transit Connect, et c’est le cas pour d’autres fourgons de type utilitaire – où il y a une cloison métallique. Pour les versions familiales (comme le Ford Transit Tourneo), il n’y a pas de ce problème. En plus de la question de la sécurité, les appui-têtes avant sont obligatoires pour passer le contrôle technique, du coup nous sommes train de réfléchir à une solution pour en remettre 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *